Réponses à certains commentaires qui nous sont parvenus concernant la péréquation ainsi que l’investissement. A noter que nous avons retranscrit littéralement les commentaires.

Point n°1: “Des investissements dont il ne faut pas se plaindre”

    Si nous ne contestons nullement les investissements utiles, nous pouvons nous plaindre des investissements superflus, démesurés, voire résultants d’une mauvaise appréciation. Exemple: il s’inscrit dans le projet de tranquilisation du trafic selon la version la plus coûteuse et pas nécessairement la plus efficace.

Point n° 2: “La péréquation”

Commentaire reçu: “la commune issue de la fusion nous permet de gagner exactement 2’848’500.- pour nos 11’394 habitant-e-s = un gain en % des recettes courantes de 4,1 %. passé les 12’000 ce gain passe à 5’164’600.- soit + 7,4 % desdites recettes courantes”

    Le rapport du Groupe de Travail n°1 (GT1), en page 5, nous indique que le gain péréquatif serait de Fr 1’700’000.-. La simulation que nous avons faite donne un gain péréquatif pour 11’360 hab. de Fr 1’706’685.-. Nous avons demandé un 2ème avis qui est arrivé à Fr 1’732’102. On peut donc dire que les 3 références donnent le même montant en arrondi, soit Fr 1’700’000.-. Les montants de Fr 2’848’500.- pour 11’394 hab. et respectivement Fr 5’164’600.- pour 12’001 hab. ne sont pas soutenables, de plus ils ne sont pas documentés, ce qui n’en font pas des références fiables. Pour arriver au montant de Fr 5’164’600.-, il faudrait que la nouvelle commune réduise sa péréquation directe de Fr 6'754'863 (actuel) à Fr 1'590'263, soit une réduction de plus de 76%, ce qui est irréaliste !!

Point n° 3: “Qualification de la situation financière jugée acceptable”

Commentaire reçu: “Le rapport du SCL intitulé Rapport sur les finances communales 2018 expose les choses encore plus clairement en qualifiant la situation financière des 2 communes actuelles comme « acceptables » à « bonne » malgré le gros effort d’investissement nécessaire consenti.”

    Il est entendu que la situation globale de nos deux communes ne sont pas désastreuses. Toutefois, il s’agit d’entrer dans les détails et alors on se rend compte que les ratios relatifs à l’endettement de St-Légier sont MAUVAIS en 2018.

    Ratios

    On observe qu’en 2021, selon le GT1, le ratio : (Dettes cumulées/cash flow cumulé) = 256,8. Ce ratio signifie que la part d’endettement est trop élevée, appréciation confirmée par le SCL et l’IDHEAP.

    Ratio2

Point n° 4: La nécessité de l’endettement par des engagements nécessaires

Commentaire reçu: “L’endettement est nécessité par des engagements nécessaires soit de par la loi, soit de par les besoins des habitants-es. Or, c’est cela qui compte que les gens disposent de services de voiries, de déchetterie, de stups, d’évacuation des eaux, de routes sûres et en bonne état, des transports scolaires et des lieux d’accueil de la petite enfance.Donc cela coûte partout.”

    L’argument soulevé pour justifier les besoins d’endettement est des plus légers. Les clichés énoncés au sujet des services dont toutes les Communes disposent (sans s’endetter comme St-Légier) ne valent pas comme démonstration.

     

    Investissements cumulés

    Taux de croissance annuel

     

    2012

    2021

    Blonay

    4 215

    26 239

    20.1 %

    St-Légier

    2 944

    77 849

    38.8 %

     

    Dettes cumulées dès 2012

    Taux de croissance annuel

     

    2012

    2021

    Blonay

    1 490

    12 098

    123.3 %

    St-Légier

    886

    56 030

    151.4 %

    On constate que la croissance de l’investissement de St-Légier est quasi 2 fois plus rapide que celle de Blonay. La croissance de l’endettement de St-Légier est aussi plus rapide que celle de Blonay.

    On relève que les besoins en investissement entre les deux Municipalités ne sont pas identiques selon les données du GT1. Evidemment, une corrélation étroite existe entre les investissements et leur financement. On observe que, contrairement à l’affirmation émise dans le commentaire, l’impératif des investissements n’est pas le même si on compare les deux communes. Aussi bien Blonay que St-Légier sont largement dotés en investissements et la population ne manque de rien. Alors pourquoi cette divergence ? Sur ce point l’auteur du commentaire reste silencieux.

    Aucune stratégie financière n’est pour l’heure pratiquée pour gérer au mieux les trois piliers: investissement, cash flow, endettement. Ces trois éléments sont solidaires, l’un dépendant des deux autres et réciproquement. S’affranchir de cette contrainte constitue une faute de gestion inexcusable.

Point n° 5: Voir venir des personnes s’établir chez nous

Commentaire reçu: “Nous devrions aussi être contents de voir des personnes venir s’établir chez nous, et s’y sentir bien. De plus, elles représentent une force fiscale importante. ”.

      Il s’agit d’un argument politique qui n’est pas nécessairement en accord avec la problématique financière.

      ContribuableEvolution

      On observe une bonne corrélation entre les recettes et les dépenses par rapport à la croissance des contribuables. Toutefois, les dépenses progressent à un taux légèrement plus élevé que celui des recettes. Même si politiquement on pourrait considérer que la croissance de la population au sein de nos communes sont à encourager, par contre, sur le plan financier, il faut admettre que nous en payons un certain coût.

      Le terme utilisé dans le commentaire de « force fiscale » est particulièrement mal à propos.

Point n° 6: Il n’y a pas de perte financière pour les contribuables

Commentaire reçu: “Le coefficient fiscal étant identique, il n’y a pas de perte financière pour les contribuables sur ce plan non plus.”

      Le terme de perte financière pour le contribuable n’est pas adéquat. Il s’agit d’une hausse de ses dépenses fiscales.

      Compte tenu du manque de stratégie financière, des dépenses supplémentaires engendrées par la fusion, au niveau des investissements, des dépenses administratives, des dépenses de service, le taux de 68,5% n’est pas tenable et constitue à l’évidence un « susucre » pour faire passer une fusion mal emmanchée, mal présentée, avec des projections fantaisistes, et une mise à l’écart de la population.

      Les 1er effets du COVID-19Attention !! Blonay prévoit une diminution de ses revenus et une augmentation de ses dépenses de plus de
      Fr 8 mio en raison du COVID-19 (préavis 12/20).

Conclusion

      Non, nous ne nous bloquons pas sur des a priori. L’affirmation faite par l’auteur des commentaires est dénué de pertinence et nous pourrions lui retourner cette appréciation. Par contre, au fil de la conversation Facebook, l’auteur des commentaires virevolte sur divers thèmes sans les aborder en profondeur et sans les mettre collectivement en perspective. Pour un sujet aussi sensible que la fusion de nos deux communes, nous nous devons d’être clairs et précis et surtout en référençant notre discours. Nous attendons des promotteurs de la fusion qu’ils en fassent de même.

Voir tous nos communiqués de presse sur le site:
www.non-fusion-blonay-st-legier.ch

Contactez-nousContactez-nous

Tout droit de reproduction réservé

Prochains rendez-vous publics

Débats contradictoires: (lieux à déterminer)
Blonay: le 27 août
St-Légier: le 2 septembre

Votations communales: 27 septembre 2020

CrofletteNONFusion
Merci de votre soutien